3 Mar

Expositions Yves Saint Laurent à travers six expositions dans des musées parisiens.

Paris, 1957. Yves Saint Laurent prend en main les destinées de la prestigieuse maison de haute couture fondée par Christian Dior. Lors de son premier défilé triomphal, il créait la société Yves Saint Laurent. Trois années plus tard, il révolutionnera le monde de la mode avec son approche moderne et iconoclaste.

IMG_6710

Pour célébrer le talent de ce couturier execeptionnel, le Centre Pompidou de Paris, le Musée du Louvre, le Musée d’Art Moderne de Paris, le Musée d’Orsay, le Musée National Picasso-Paris et le Musée Yves Saint Laurent vous invitent à retrouver la magie des créations de YSL  à travers six expositions inédites, afin de fêter le soixantième anniversaire du premier défilé du créateur, en 1962, année de sa première collection personnelle. Chaque musée met ainsi en valeur les liens que le couturier entretenait avec l’art en exposant ses modèles et ses tenues emblématiques. Une sénographie qui entremêle chefs-d ’oeuvres et créations d’Yves Saint Laurent.

IMG_7697IMG_7694Yves Saint-Laurent au Louvre. I.D.L

Jusqu’au 16 mai 2022 dans ces six musées : le Centre Pompidou de Paris, le Musée du Louvre, le Musée d’Art Moderne de Paris, le Musée d’Orsay, le Musée National Picasso-Paris et le Musée Yves Saint Laurent.

2 Fév

Écrire, c’est dessiner : une exposition d’après une idée d’Etel Adna

Etel Adnan est considérée comme l’un des écrivains et artistes contemporains les plus importantes du monde arabe. Née en 1925 au Liban, elle n’a cessé d’osciller entre les cultures et les langues. L’écriture et la pratique du dessin l’intéressant depuis toujours, elle a mis, à travers cette exposition l’écrit et l’image en regard, et les oeuvres témoignent ainsi d’une imbrication primordiale entre inscriptions et dessins, révélant ainsi une énergie vitale universelle.

Vue-de-l’exposition-“Ecrire-c’est-dessiner”-Centre-Pompidou-Metz
Vue-de-l’exposition-“Ecrire-c’est-dessiner”-Centre-Pompidou-Metz

« © ADAGP, Paris »

L’exposition «  Écrire, c’est dessiner » invite le visiteur à circuler à travers les gestes et les traces des croyances et des émotions humaines, l’admiration d’une simple écriture « comme un tableau dans un musée », peu importe sa langue et sa graphie. Les œuvres d’Etel Adnan ne faisant qu’un entre écriture et dessin, elles représentent le mot « Graphein », qui était utilisé dans la Grèce Antique pour décrire à la fois le mot « écrire » et le mot « dessiner ». Ainsi, elle montre que l’art et l’écriture partagent une origine commune, magique et secrète…

Etel Adnan, AlBayati L’offrande à Pablo Neruda, 1983

Écrire c’est dessiner – jusqu’au 21 février 2022 au Centre Pompidou à Metz.

10 Jan

Anselm Kiefer pour Paul Celan

 

Au #GrandPalaisEphémère, l’exposition Anselm Kiefer va fermer ses portes.

Avec des toiles de plus de dix mètres, l’artiste Anselm Kiefer plonge ses spectateurs dans un univers parallèle, un décor apocalyptique. L’atelier de 10 000 mètres carrés et les spots au plafond laissent imaginer une autre dimension et nous plonge dans le passé.

 

image exposition Anselm Kiefer

A la mémoire de Paul Celan, un grand poète rescapé des camps de concentration de la Seconde Guerre mondiale, est le fil de cette exposition monumentale. Les souvenirs et la tristesse sont les mots clés d’un rappel à notre fragile condition humaine.

Le chemin vers un néant rappelle une réalité écrasante et radicale. Anselm Kiefer exprime une forme silencieuse force à travers ses tableaux et un acte de destruction sur ceux-ci, démultipliés. Des indices et des souvenirs sont dissimulés sur chacune de ses œuvres, afin de vivre une émotion d’immensité et d’espoir.

Eglantine Bianchi

Une exposition ouverte au public jusqu’au 11 janvier 2022 au Grand Palais de Paris.